« Dans le "travail de mémoire" je mets tous les efforts que nous devons faire auprès des jeunes pour leur montrer les horreurs dans lesquelles pourraient les entrainer, comme furent entrainés certains de leurs ainés, leur éventuelle absence de réactions devant l'injustice, l'exclusion, la barbarie. Dans ce "travail de mémoire" il faut leur montrer aussi que les bourreaux étant des gens ordinaires comme nous le sommes tous, nous devons les uns et les autres nous méfier de nos propres réactions afin de ne pas devenir à notre tour des bourreaux pour les autres. » 

Sam BRAUN

Malka Braun parle du meurtre de Mireille Knoll sur le site du Parisien

Malka Braun s'est exprimée sur le Parisien TV au moment où s'organise la Marche blanche en mémoire à Mireille Knoll, victime d'un meurtre antisémite le 23 mars 2018.

Aireille Knoll

Mireille Knoll était une dame âgée de 85 ans, souffrant de la maladie de Parkinson. Elle a été sauvagement assassinée par deux individus, par 11 coups de couteau, son appartement ayant ensuite fait l'objet d'un incendie volontaire; son corps portait d'importantes brûlures avant l'arrivée des pompiers.

Cet acte abject s'est déroulé dans le contexte des attentats terroristes de Carcassonne et de Trèbes, il a mobilisé les consciences de ce pays où les haines antisémite et raciale sont toujours présentes et donnent lieu à une série d'atteintes à l'intégrité et à la dignité humaines de mois en mois.

 

La Marche blanche a eu lieu Place de la nation,  le même jour que l'hommage national en l'honneur du Colonel Arnaud Beltrame, le 28 mars 2018. Les plus hautes autorités de l'Etat ont participé à cette manifestation contre "l'obscurantisme barbare", pour reprendre les termes du Président Emmanuel Macron.

Le propos de Malka Braun rend un hommage indigné à Mireille Knoll. Malka évoque l'éducation humaniste et tolérante reçue auprès de son papa, Sam Braun, lui-même rescapé d'Auschwitz et qui a milité toute sa vie pour les valeurs des Droits de l'Homme.

Mireille Knoll avait échappé à la Shoah, en fuyant Paris quelques jours avant la Rafle du Vel'd'Hiv. Le passé l'a rattrapé en ce jour funeste du 23 mars 2018, jour où la "bête immonde a ressurgi du ventre fécond".